37–41

[S. 37:] 

Les Thermes de Dioclétien 

[S. 39] 

Les figures 9 et 10 sont dessinées sur les deux côtés d'une feuille qui, aux Uffizi, porte le numéro provisoire bleu 1546. Elles sons de quelque architecte italien qui a dû vivre probablement entre 1450 et 1520.D'après les annotations manuscrites du dessinateur, qu'on peut déchiffrer sans peine à la loupe, on voit que les diverses colonnes superposées, telles qu'elles sont représentées ici, se trouvaint encore en place. Mais tout l'intérêt de ces documents réside, 

[S. 40] 

croyons-nous, dans la colonne isolée qui s'élevait au centre de la place [FN 1: Précisément sur l'endroit proposé par plusieurs architectes, entre autres par M. Pieroni de Rome, pour le monument à élever au roi Victor-Emmanuel.] quai demi-circulaire de l'enceinte des thermes et que nous n'avons vue représentée dans nul autre dessin de ces thermes. Elle est accompagnée de la notice: Una cholonna qui / grosa braccia 2, oncie 18 1/2 [FN 2: Il s'agit sans doute du braccio fiorentino = 0 m, 583 626, qui se divisait en 20 soldi et le soldo en 12 denari.] [!] Signalons encore trois volumes de dessins relevés d'après les thermes de Dioclétien par un architecte de langue francaise et que M. Destailleur avait bien voulo nour fair voir. Ils se trouvent aussi dans la partie de sa collection citée plus haut. Nous regrettons de n'avoir pas eu le temps de vérifier s'il y avait quelque corrélation entre cette série et les nombreuses et belles planches des thermes de 

[S. 41] 

Dioclétien publiées en 1558, à Anvers, par Hieron. Cock, d'après les dessins d'un architecte espagnol, Sebastianus ab Oya, et que nous avait signalées un architecte distingué, M. Brune, qui s'est beaucoup occupé de ces thermes. De ce recueil, il existe à Paris, au cabinet des Estampes, un exemplaire relié, et au département des imprimés de la bibliothèque nationale, un autre exemplaire monté sur un rouleau en toile, long de trente ou quarante mètres. Nous terminons en rappelant, parmi différentes pièces qui, aux Uffizi, se rapportent aux thermes de Dioclétien, le grand plan, qu'en a dessiné avec soin, sur parchemin, Francesco da Sangallo, fils de Giuliano, et qu'il a signé et daté de l'année 1518; enfin, un relevé partiel fait à la sanguine par Bramante, annoté peut-être par Giuliano da Sangallo, que nous avons signalé à l'occasion de l'étude N° 41 pour Saint-Pierre de Rome.